Mathilde Lecuyer

[Salon de la Photo 2018] Panasonic Lumix : hybrides 24 x 36 mm, alliance L, service Lumix Pro. Le point avec Mathilde Lécuyer

Pour fêter les dix ans de ses hybrides Micro 4/3, Panasonic a donc décidé de se lancer dans l’arène des hybrides 24 x 36 mm. Particularité : cette entrée se fait en partenariat avec Leica et Sigma dans le cadre de la L-Mount Alliance !

 

L’année 2018 restera, assurément, dans les mémoires comme l’année durant laquelle les constructeurs photo ont massivement basculé du côté obscur de la Force plongé comme un seul homme dans le monde merveilleux des hybrides 24 x 36 mm. Alors que Sony jouissait en la matière d’un quasi-monopole depuis 2013 – Leica se positionnant du fait de ses tarifs et/ou de l’exotisme de ses boîtiers dans un monde presque parallèle –, Nikon, Canon et Panasonic ont tous les trois dégainé, presque simultanément, leur riposte.

Chacun y va avec sa fiche technique : je vous invite à relire les articles que j’ai consacré cet été aux annonces respectives de Nikon, Canon et Panasonic. Et chacun y va avec sa stratégie, et là je vais vous orienter vers mes plus récents entretiens avec Nicolas Gillet de Nikon France et Claire-Anne Devillard de Canon France. Pour défendre les couleurs du constructeur d’Ōsaka (Panasonic, donc, au cas où vous ne sauriez pas que Panasonic ne vient pas de Tokyo), c’est Mathilde Lécuyer, chef de produit Digital Imaging Lumix chez Panasonic France, qui monte sur le ring et s’empare du micro. Une bonne occasion de rassurer ceux qui s’en inquièteraient du maintien du système Micro 4/3, d’évoquer sa cohabitation avec le système 24 x 36 mm, de recueillir les premiers retours en interne sur la L-Mount Alliance et d’évoquer, parce que ce sera le gros dossier de 2019 pour Panasonic, la mise en place du service Lumix Pro, puisqu’en la matière Sony et surtout Nikon et Canon ont une avance considérable.

 

 

À propos des hybrides Panasonic, Micro 4/3 (Lumix G) et 24 x 36 mm (Lumix S)

 

Il est beau, il est gros, il arrive au printemps et… nous n’en connaissons toujours pas le prix. C’est le Lumix S1R.

 

Pour la première fois de son histoire, Panasonic va lancer des boîtiers 24 x 36 mm. Vous êtes, au moins en France, leaders du marché des hybrides. Or, Nikon a très clairement annoncé son ambition de devenir avec ses Z et ses reflex le numéro 1 mondial du marché 24 x 36 mm. Sony, forcément, ne va pas se laisser faire et mettra tout en œuvre pour bouffer tout le monde et ne laisser que des miettes aux autres. Canon, de son côté, compte bien sur sa première place toutes catégories pour remporter la mise. Cette compétition, c’est normal, c’est le jeu. Du coup, à termes, est-ce que Panasonic aussi ambitionnera de devenir numéro 1 du 24 x 36 mm ?

Nous n’avons pas la prétention de devenir numéro un du plein format dès la première année. Bon, ni les derniers non plus, évidemment, mais personne n’a envie d’être dernier. Là aujourd’hui, nous avons une position de leader aussi bien sur les compacts et les bridges que sur les hybrides Micro 4/3. L’idée, ça va déjà être de confirmer notre position actuelle sur l’hybride, avec le Micro 4/3, tout en l’enrichissant du plein format. L’ambition de Panasonic avec ses hybrides plein format, avant même d’aller chasser la concurrence, c’est d’aller séduire une partie des photographes et des vidéastes qui sont fans des spécs que nous proposons sur nos boîtiers Micro 4/3 actuels, mais qui sont frustrés par la relative petite taille des capteurs 4/3 ». Donc le but, c’est « simplement » de leur fournir au moins les mêmes spécs, j’espère, les ingénieurs font tout pour en tous cas, mais avec un capteur plein format.

 

L’ambition de Panasonic avec ses hybrides plein format, avant même d’aller chasser la concurrence, c’est d’aller séduire une partie des photographes et des vidéastes qui sont fans des spécs que nous proposons sur nos boîtiers Micro 4/3 actuels, mais qui sont frustrés par la relative petite taille des capteurs 4/3 ».

 

 

Comment Panasonic compte communiquer sur la cohabitation des deux systèmes hybrides, le système Lumix G Micro 4/3 qui a fêté ses 10 ans cet été, et le système Lumix S en 24 x 36 mm, qui arrivera donc début 2019 ?

Nous continuons à développer le Micro 4/3 en termes d’optique. Là, par exemple, nous avons annoncé le développement du 10-25 mm f/1,7, qui va sortir nous ne savons pas quand exactement, mais en tous cas il est développé. Nous continuons et continuerons à développer des boîtiers Micro 4/3. Et, en parallèle, nous allons adresser une cible que nous n’adressons pas aujourd’hui avec le Micro 4/3, avec l’alliance avec Leica et Sigma qui nous permet d’avoir accès à la monture L pour nos hybrides plein format. Cette monture L va nous permettre, à nous Panasonic, de développer d’ici 2020, dix optiques, dont trois qui vont sortir en même temps que les boîtiers. Elle va nous permettre aussi d’avoir accès à huit optiques Leica, dont six sont exposées sur le Salon, ainsi qu’à une gamme complète d’optiques Sigma qu’ils vont développer spécifiquement pour ce partenariat là.

 

Nous ajoutons une corde à notre arc avec le plein format, qui nous permet d’aller sur le terrain des hautes définitions et répondre aux photographes qui ont besoin de faire des 4 x 3 mètres qui seront affichés dans la rue, en particulier dans la mode et la publicité.

 

J’ai oublié de le photographier mais il y avait bien un prototype de 10-25 mm f/1,7 sur le stand de Panasonic lors du Salon de la Photo.

 

 

Quels sont donc ces photographes que vous comptez séduire avec cette nouvelle gamme d’hybrides S 24 x 36 mm auxquels vous ne pouviez pas vous adresser avec les Micro 4/3 ?

Nous estimons aujourd’hui que le Micro 4/3 plaît surtout à une clientèle experte, passionnée. Des gens qui aiment la photo, font de la photo, mais qui n’en font pas forcément leur métier, dans le sens où ils n’ont pas besoin de la photo comme source de rémunération et en vivre. Avec le Micro 4/3, nous n’adressons pas la cible des photographes et vidéastes professionnels, enfin, surtout les photographes qui ont besoin de faire des 4 x 3 mètres qui seront affichés dans la rue, en particulier dans la mode et la publicité. Donc nous ajoutons à notre arc la corde du plein format, avec deux boîtiers pour l’instant, qui sont annoncés pour le printemps 2019.

 

 

Fais gaffe, tu vas vexer les utilisateurs de Lumix GH5/GH5s et Lumix G9 en sous-entendant qu’il ne s’agit pas de boîtiers pros !

Alors si, les GH5 et G9 sont des boîtiers pros, bien sûr ! Ils sont très adaptés pour ceux qui, par exemple sur des tournages, utilisent des caméras beaucoup trop lourdes pour être facilement manœuvrable et ont besoin de boîtiers complémentaires plus légers, plus mobiles, ou aussi bien pour des repérages de tournages avant de venir faire le shooting final avec le gros matériel. Ce sont des boîtiers, aussi, pour les professionnels comme les ambassadeurs que nous avons avec nous sur le Salon, comme Romain Sarret, Bernard Bertrand, Olivier Lavielle, qui tournent leurs vidéos au GH5 parce que ça leur suffit dans leur métier aujourd’hui. Mais, en particulier en photo, il y a effectivement des domaines comme la mode que nous ne pouvons actuellement pas adresser car nous savons tous aujourd’hui que le Micro 4/3 ne peut pas aller sur le terrain des très hautes définitions. C’est une limitation physique que l’arrivée des plein formats va nous permettre de dépasser.

 

En termes de design et de qualité de fabrication, Panasonic partait de loin. Mais après s’être peu à peu amélioré, le constructeur n’hésite plus, désormais, à communiquer sur le processus de création de ses boîtiers. Et c’est une très bonne chose ! Au passage, notez sur ce croquis à quel point l’allure générale fait penser au Leica SL (Typ 601)

 

Du coup, nous irions sur un positionnement beaucoup plus vidéo sur le Micro 4/3 et beaucoup plus photo sur le 24 x 36 mm ?

J’ai envie de te dire non, voire pas du tout. Aujourd’hui en Micro 4/3, je vais te parler de nos boîtiers pro voire semi-pro, selon les utilisations que les photographes en ont. Nous avons les Lumix GH5 et GH5s effectivement plus orientés vidéo, et le Lumix G9, sorti en janvier 2018, plus orienté photo. Ce dernier a été vraiment développé pendant deux ans entre ingénieurs et photographes, pour les photographes. Les ingénieurs leur ont demandé les caractéristiques dont ils avaient besoin sur un appareil tel que le G9, d’où par exemple le LCD que l’on trouve sur le dessus et les rafales largement améliorées par rapport au GH5. Le GH5, lui, est clairement plus orienté vidéo avec son 4:2:2 10 bits interne et le slow-motion jusqu’à 240p sur le GH5s. Nous avons donc vraiment les deux types de boîtiers.

Sur le plein format, pour l’instant, nous annonçons donc deux boîtiers. Un boîtier à 24 Mpx, le Lumix S1, et un boîtier à 47 Mpx, le Lumix S1R. Nous ne connaissons pas encore toutes les caractéristiques techniques définitives, mais ce que nous pouvons d’ores et déjà deviner, c’est que, comme nous avons un boîtier à 24 Mpx, il sera plus orienté vidéo alors que le 47 Mpx sera plus orienté photo. C’est ce que nous estimons. Après, est-ce que Panasonic dans le futur développera des boîtiers qui seront encore plus spécialisés et considérera que ces deux premiers boîtiers sont des généralistes pour ensuite sorti d’autres boîtiers ultra-spécialisés, ou est-ce que les S1 et S1R sont déjà très caractérisés ? Pour l’instant, nous ne le savons pas. Nous serons fixés au moment de l’annonce. Aujourd’hui, des caractéristiques que nous connaissons, c’est que les deux boîtiers sont tropicalisés, doublement stabilisés avec cette double stab Panasonic que nous connaissons déjà bien sur nos Micro 4/3, et auront tous les deux la 4K 60p. Et ce seront d’ailleurs les deux seuls plein format du marché à l’avoir, à date.

 

 

Pour quelqu’un qui voudrait bazarder tout son matériel Lumix G en Micro 4/3 pour passer à du Lumix S en 24 x 36 mm, avez-vous prévu des offres commerciales spécifiques ?

Ce sont des choses effectivement auxquelles nous réfléchissons, des mécanismes de reprise qui pourraient se faire pour soutenir le plein format chez nous et aider ceux qui voudraient s’y convertir.

 

 

À propos de la L-Mount Alliance : Panasonic, Leica et Sigma, liés pour le meilleur et l’avenir

 

 

Sais-tu pourquoi Panasonic a préféré opter pour la monture L de Leica plutôt que développer sa propre monture ?

Nous avons un partenariat historique avec Leica, avec lequel nous travaillions avant même de lancer nos hybrides en 2008, et qui s’est renforcé depuis. Comme ce partenariat fonctionne bien, nous avons décidé de continuer avec eux dans cette lancée là. Des discussions se sont faites avec Sigma, une entente a été trouvée et c’est donc la monture L qui a été retenue parce qu’elle convenait aux trois entités qui ont lancé l’alliance.

 

L’alliance L va nous permettre d’offrir une gamme très complète, aussi bien en termes de focales que de tarifs, ce qui permettra aux photographes et vidéastes de construire leur parc, boîtier et optique, avec le budget et les besoins qui leurs sont propres.

 

Et c’est une monture qui n’est pas compatible avec le Micro 4/3, ce qui implique donc qu’un photographe équipé d’un parc optique complet en Micro 4/3 devra forcément tout racheter s’il veut basculer sur la série Lumix S en 24 x 36 mm.

En effet. Mais dans tous les cas, quelqu’un qui voudrait passer du Micro 4/3 au 24 x 36 mm devra investir au moins dans un nouveau boîtier, pour commencer. Evidemment, nous sommes conscients qu’investir dans un tel boîtier implique d’investir dans de nouvelles optiques car la double stabilisation, optique et capteur, ne serait pas bien gérée, ce qui est une caractéristique importante de nos boîtiers Lumix, et aussi pour la simple et bonne raison que les objectifs prévus pour les capteurs 4/3 » des Micro 4/3 ne couvrent pas les capteurs 24 x 36 mm.

Maintenant, le partenariat avec Sigma et Leica sert aussi à ouvrir un parc optique très large dans des gammes de prix totalement différentes. Leica sera probablement la gamme la plus haute et la plus chère. Sigma, par rapport à ce qu’ils font déjà, même si nous n’avons pas les informations, nous supposons qu’ils ne vont pas s’aligner sur les mêmes niveaux de prix que Leica, déjà parce que c’est le domaine de Leica et parce qu’ils n’y auraient aucun intérêt. Lumix, de la même manière, n’aurait aucun intérêt à faire un partenariat avec Leica si c’était pour offrir le même type d’optiques. Donc cette alliance L va nous permettre d’offrir une gamme très complète, aussi bien en termes de focales que de tarifs, ce qui permettra aux photographes et vidéastes de construire leur parc, boîtier et optique, avec le budget et les besoins qui leurs sont propres.

 

De manière presque comique, il y avait plus d’optiques Leica en monture L sur le stand de Panasonic que sur celui de Leica.

 

Comment cette histoire de partenariat a-t-elle été accueillie au niveau de Panasonic France ?

Déjà, par rapport à Leica, comme je te le disais, nous n’avons été qu’à moitié surpris puisque, comme c’est un partenaire historique, cela nous semblait logique et nous avons été contents de voir qu’il allait continuer. Pour ce qui est de Sigma, cela a été une grosse surprise à laquelle nous ne nous attendions pas. Lorsqu’on a commencé à nous parler d’un troisième partenaire, la marque retenue n’avait pas été précisée et nous ignorions qui avait été choisi, et à l’inverse qui avait choisi de travailler avec Panasonic. Nous ne savions donc pas, jusqu’à l’annonce lors de la photokina, si cela allait être Sigma, Tamron ou une autre marque tierce. Finalement nous sommes contents que ce soit Sigma puisque leurs optiques sont de très bonne qualité et, je l’espère, elles vont venir en complément des nôtres pour construire ce parc très complet et varié.

 

 

Est-ce que nous pouvons nous attendre, à l’avenir, à une communication conjointe de la part des trois membres de l’alliance L ?

C’est une question que nous avons déjà posée au Japon puisqu’effectivement, comme nous annonçons un lancement au printemps, nous commençons à nous poser la question de la communication. Il faut bien préparer les choses. Pour l’instant, nous ne communiquons pas en direct avec Sigma France ni Leica France. Les communications sont développées mondialement, comme cela a déjà été le cas lors de l’annonce de développement lors de la photokina. Pour l’instant, chaque marque communique comme elle l’entend, de manière totalement dissociée, comme tu as pu le constater, et c’est comme ça que ça a été décidé au niveau mondial à l’heure actuelle.

Après, est-ce qu’il y a des négociations et des réunions au niveau mondial pour aligner la communication et en avoir une globale ? Ça, je ne sais pas. Au niveau régional, nous n’avons pas encore les consignes du Japon. C’est vrai que le plein format est quelque chose qui était très attendu de la part de Panasonic, donc aussi très verrouillé au niveau mondial. En termes de communication et de développement tout est décidé par le siège à Ōsaka. Une fois les choses clarifiées et décidées au niveau mondial, nous saurons si nous pourrons communiquer en direct avec Leica France et Sigma France ou si nous devrons suivre uniquement les consignes qui viendront du Japon. À suivre, donc, mais il me semble que pour le moment c’est pareil pour les trois marques.

 

 

À propos du service Lumix Pro

 

 

Panasonic fait de l’hybride depuis maintenant dix ans et, pourtant, il n’y avait toujours pas de service pro Lumix. Celui-ci a finalement été annoncé en même temps que les boîtiers S lors de la photokina. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Effectivement, nous avons trouvé que c’était une bonne occasion pour lancer ce service pro qui était attendu depuis longtemps par nos clients. Ce service pro va concerner les nouveaux plein formats mais aussi les Micro 4/3 les plus haut de gamme : les GH5, GH5s, GH4, G9 et G80. C’est un programme qui va inclure des services du type accès à un parc de prêt dans le cas où, par exemple, si ton boîtier tomberait en panne, tu pourras l’envoyer en réparation et en recevoir un en prêt pour éviter d’être immobilisé trois, quatre jours, surtout si tu es un professionnel et que tu en as besoin pour ton travail. Ce sera aussi une assistance téléphonique qui va permettre d’avoir un téléphone dédié en cas de problème…

 

H24, 7/7 ?

Alors ça c’est une question à laquelle nous devons encore répondre, effectivement. Pour reprendre, le service pro sera sur différents échelons selon le/les boîtiers et la/les optiques que tu possèdes, et selon les frais d’inscription que tu vas payer pour accéder aux différent services. Dans les plus hauts échelons, tu auras carrément droit au service qui vient chez toi récupérer le produit en panne, le réparera et le renverra, le tout en te fournissant un produit de prêt durant l’attente.

 

 

As-tu déjà une idée des tarifs ?

Oui, tout à fait. Cela fonctionnera par abonnement annuel et les prix sont déjà publics puisqu’il y a un site internet dédié qui a été lancé lors de la photokina (lumixpro.panasonic.com/fr), sur lequel sont expliqués plus en détails les divers services proposés, les appareils concernés, les tarifs, etc. Pour l’instant, c’est uniquement un site d’information : le service n’est pas encore déployé, mais il est possible de s’inscire à la newsletter pour être informé du lancement. Celui-ci devrait avoir lieu au moment du lancement des boîtiers plein format, mais nous essayons de faire en sorte qu’il soit opérationnel un petit peu avant.

 

Il faut que je vous confesse que je ne suis pas encore allé vérifier dans le détail la pertinence de l’offre par rapport à celles de Nikon, Canon et Sony, mais au moins, vous avez le résumé sous les yeux.

 

 

Du coup, puisque tu précises que c’est une adresse en .com/fr, cela implique-t-il qu’il s’agira d’un service à la couverture mondiale ?

En fait, c’est un service qui existe déjà au Japon. Le but, c’est de l’étendre et le mutualiser, puisqu’il est lancé dans les plus gros pays européens ainsi qu’aux Etats-Unis, ce qui va permettre, au moins en Europe, si tu es à l’étranger, d’avoir accès à ce service même si tu n’es pas en France. Et vice versa.

 

 

Actuellement, qui s’occupe du SAV pour Panasonic France ?

C’est Nikken France, qui est basé à Paris dans le 12ème. Nous avons choisi un partenaire externe parce qu’aujourd’hui nous sommes des filiales de Panasonic Europe, elle-même filiale de Panasonic Monde. Le SAV est centralisé à l’Europe mais ensuite chaque filiale régionale a pour charge de développer son SAV de manière externe dans chaque pays. C’est le cas en France, aussi bien qu’en Allemagne, au Royaume-Uni, etc. Au siège de Panasonic France, nous avons bien un service SAV mais qui ne sert que de relais dans les cas les plus difficiles vers Nikken, quoi qu’il arrive, parce que nous n’avons tout simplement pas la main d’œuvre chez Panasonic France pour réparer les boîtiers et les objectifs.

 

 

Mais du coup, que va-t-il advenir de ce SAV lorsque le service pro européen va être déployé ?

Ce sont deux choses différentes. Le SAV répare gratuitement dans la limite de la prise en garantie alors que le Service Pro n’a rien à voir avec le temps de garantie et ne dépend uniquement que de la formule à laquelle tu as souscrite, donc des frais correspondant, ainsi que du parc optique et boîtier éligible et déclaré.

 

 

À propos de l’avenir : la 8K en 2020 et la bascule reflex/hybride

 

 

2020, objectif 8K. Comment vois-tu arriver la chose, confiante ou pas, parce que 2020 c’est quasiment demain ?

Confiante, oui, parce que jusqu’à présent nous avons toujours eu raison d’avoir confiance en nos ingénieurs chez Panasonic. Ils ont toujours tenu leurs délais et leurs promesses. Nous nous doutions bien que nous allions arriver dans le plein format un jour ou l’autre, parce que techniquement parlant faire de la 8K sur du Micro 4/3 c’est compliqué, si ce n’est impossible. Donc le plein format aujourd’hui nous permet d’accéder, à terme, à cette 8K qui est effectivement en développement comme cela a été annoncé à la photokina il y a deux ans maintenant, et reste annoncée comme disponible en 2020.

 

La véritable question que j’ai, c’est au niveau des supports pour stocker, visualiser et manipuler la 8K : seront-ils disponibles en temps et en heure ?

 

Pour l’évolution des gammes… je verrai bien ! Je ne suis pas ingénieure et je ne travaille pas au Japon. Mais la véritable question que j’ai, c’est au niveau des supports. Parce qu’il ne s’agit pas de juste développer la 8K sur nos boîtiers photo et vidéo, mais il faudra bien avoir les supports pour stocker, visualiser et manipuler la 8K en temps et en heure, sinon nous risquons d’être « coincés » avec des boîtiers aux capacités un peu trop en avance. Maintenant, comme cette année tous les constructeurs, en tous cas Nikon, Canon et nous-même, sont allés rejoindre Sony sur les hybrides plein format, nous pouvons penser que, Panasonic ayant annoncé la 8K pour 2020, les constructeurs de télévision, dont Panasonic puisque nous faisons aussi des téléviseurs, visent également 2020 pour le support de la 8K.

 

 

Et en dehors de la 8K, en 2020, comment envisages-tu l’évolution des gammes ? Du marché ? Qu’en est-il de la bascule reflex/hybride, et est-ce que vous ne seriez pas un peu tentés d’avoir un discours en mode « ah ah, nous avions raison ! » ?

Ce que nous voyons aujourd’hui sur le marché c’est que le reflex plonge complètement, et cela va d’autant plus s’accentuer avec l’arrivée de Nikon et Canon, ce qui va encore plus pousser le marché de l’hybride vers le haut. Chez Panasonic, nous avons la volonté de continuer sur le Micro 4/3, puisque Micro 4/3 et plein format s’adressent à deux typologies d’utilisateurs vraiment différentes. Le plein format ne répondra pas aux attentes et aux besoins de tout un tas d’utilisateurs qui choisiront de se tourner vers Lumix, ne serait-ce qu’à cause de l’encombrement et du prix. Donc, bien sûr, encore une fois, nous allons continuer à sortir des objectifs et des boîtiers en Micro 4/3, et notre 10-25 mm f/1,7 en développement montre bien cette volonté là.

Après, il faut savoir qu’il a fallu huit ans à Panasonic pour développer le plein format. En fait, quand Panasonic est entré dans l’hybride, il réfléchissait déjà à l’utilité ou non de faire du plein format ou pas. Donc si Panasonic a investi autant de temps et d’argent au développement de cette gamme plein format, je me doute bien, enfin, j’espère, que ce n’est pas uniquement pour sortir les deux boîtiers annoncés et que cette gamme va être emmenée à s’enrichir.

 

Je pense que le fait que Canon et Nikon entrent dans l’hybride plein format apporte une légitimité supplémentaire à l’hybride qu’ont déjà poussé depuis des années et des années Sony, Fujifilm, Olympus, Leica et Panasonic.

 

Pour en revenir aux reflex, je pense que ce qui rassure les utilisateurs et acheteurs de reflex, c’est la réputation des reflex. Aujourd’hui, il y a encore plein de gens qui, lorsqu’ils veulent se mettre à la photo, s’orientent par réflexe vers un reflex, sans mauvais jeu de mot, parce que dans leur tête « le reflex = la photo pro ». Je pense que le fait que Canon et Nikon entrent dans l’hybride plein format apporte une légitimité supplémentaire à l’hybride qu’ont déjà poussé depuis des années et des années Sony, Fujifilm, Olympus et Panasonic. Et Leica aussi, du coup. Donc c’est une très bonne chose. Après, je ne sais pas combien de temps le reflex va prendre avant de disparaître, ni même s’il est emmené à disparaître.

Par contre, ce que je vois, c’est que toutes les marques qui font de l’hybride développent deux typologies de boîtiers. D’un côté des boîtiers hybrides avec un design plus compact, plus plat, par exemple les GX chez nous. D’un autre côté, comme les Lumix G80, G9, GH5 et les futurs S1/S1R, des hybrides qui vont plutôt avoir une bouille de reflex ce qui, justement, permettre de rassurer les utilisateurs de reflex avec une prise en main à laquelle ils sont attachés et habitués, cela afin de leur donner confiance dans l’hybride. Et c’est une manière de faire qui fonctionne aujourd’hui parfaitement bien. Je pense que ce qui rassure les utilisateurs de reflex, c’est ce grip, c’est cette prise en main, qu’ils retrouvent donc de plus en plus sur les hybrides.

21 commentaires sur “[Salon de la Photo 2018] Panasonic Lumix : hybrides 24 x 36 mm, alliance L, service Lumix Pro. Le point avec Mathilde Lécuyer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *