CIS Marketshare 2017

Sony, encore et toujours intouchable numéro 1 du marché des capteurs CMOS

42. Telle est la réponse. C’est aussi la part de gâteau détenue par Sony sur le marché des capteurs CMOS suivi, de très loin, par Samsung (20 %) et Omnivision (11 %). À 14 milliards de dollars aujourd’hui, la barre des 20 milliards devrait être franchie en 2020.

Le marché des capteurs CMOS se porte tellement bien que, année après année, Yole est obligé de revoir ses prévisions à la hausse ! Ah, c’est pas dans la vente d’APN qu’on pourrait en faire autant…

 

Sony n’a pas encore levé le voile sur l’Alpha 7s III et, en attendant la photokina, intéressons-nous donc aux ventes de capteurs CMOS pour l’année écoulée. Pour la cinquième année consécutive, le géant de l’électronique conforte sa première place du marché, loin, très loin devant Samsung et Omnivision, qui se disputent la place de Dauphin. Certes, Sony avait déjà une belle longueur d’avance, mais il ne faut pas oublier que sa production a été fortement ralentie par le séisme d’avril 2016 à Kumamoto, qui a frappé de plein fouet sa principale usine de production. La remise en marche de celle-ci continue d’ailleurs à peser sur le chiffre d’affaire de l’entreprise qui, au dernier trimestre, lui a encore coûté 2,6 milliards de yen (environ 20 millions d’euros) en assurances. De leur côté, Samsung multiplie les annonces et les partenariats (notamment avec Fujifilm) pour rattraper le retard technologique pris sur Sony quand, Omnivision, devenu chinois en 2015 après avoir dévoré Aptina en 2014, consolide sa position dans l’automobile.

Mais, comme pour tous ses petits camarades, vous auriez tort de penser que les capteurs de Sony finissent dans un appareil photographique, c’est ce que nous rappelle le rapport annuel du l’industrie des capteurs CMOS publié cette année par les analystes de Yolé Developpement (oui oui, ils sont français). En tous cas, ce n’est pas là qu’il faut aller chercher la croissance, mais plutôt dans les smartphones, qui n’en finissent plus de multiplier le modules photographiques (deux, trois, quatre, cinq…) : un moyen simple, mais efficace, de doubler voire tripler les revenus par terminal vendu (la moyenne se situant aux alentours de 25 $ désormais, pour 12 $ il y a quelques années). Surtout, deux grands secteurs devraient, selon les prévisions, permettre d’atteindre la barre des 20 milliards de dollars à l’horizon 2020 (la barre des 10 milliards ayant été franchie en 2015) : l’automobile et la surveillance.

Plus on est de fous plus on rit : cinq capteurs dorsaux et quatre capteurs frontaux sur le haut de gamme en 2023 ? Pourquoi pas…

 

Dans le cas de l’automobile, la vente des capteurs CMOS, mais aussi de capteurs de toute sortes (Lidar, infrarouge, ultrasons, etc), est propulsée par la marche forcée vers les véhicules autonomes, ou du moins, semi-autonomes. Depuis longtemps fantasmés par certains (dont moi), les rétroviseurs caméras devraient être la nouvelle tendance sur les véhicules haut de gamme, puisque Lexus, dans sa berline ES, puis Audi, dans son SUV e-tron, viennent tour à tour de présenter des modèles équipés de tels appendices. Mécaniquement, cela s’accompagnera aussi d’une hausse des ventes des petits écrans ce qui, ô coïncidence, profitera aux mêmes que ceux qui fabriquent des capteurs…

Du côté de la surveillance, et plus spécialement de la vidéosurveillance, je vais vous épargner le chapitre Big Brother, puisque nous sommes, de toutes manières, déjà dedans jusqu’au cou. Et pour les plus paranoïaques d’entre nous, cela ne va pas aller en s’arrangeant puisque, s’il y a un domaine dans lequel le machine learning se révèle bien plus puissant que l’humain, c’est dans la surveillance (du moins, dans la détection simultanée, pas dans le jugement éthique). Tout cela allant de pair avec des puissances de calcul désormais suffisantes et surtout économiquement accessibles, réjouissez-vous, vous allez être encore plus surveillés sous tous les angles.  Alors, heureux ? Allez, une petite note positive : Sony s’est engagé, d’ici 2040, à convertir toute sa production à l’électricité renouvelable et, en 2050, à avoir une empreinte écologique nulle. C’est toujours cela de pris.

 

1 commentaire sur “Sony, encore et toujours intouchable numéro 1 du marché des capteurs CMOS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *